Retour sur la tournée au Québec et en France avec le Grand 8 (partie 1)

Maintenant que l’album est lancé, je prend enfin le temps de faire la réflexion sur mon aventure au Québec et en France avec le Grand 8, qui s’est terminé en fin novembre. Voici un résumé des choses qui m’ont marqué lors de ce beau voyage.

D’abord, je vous présente les sept autres artistes avec qui j’avais l’honneur de partager la scène. De la France : Anael Miller, Myriam Kastner, Pierre Antoine et Bastien Lucas. Du Québec : Geneviève Morisette, Andréanne A. Malette et Isabelle Dupont.

Nous nous sommes tous rassemblés pour la première fois en septembre à la Place des Arts à Montréal. C’est là où on a passé une semaine intense à découvrir nos univers respectifs, puis à tisser des liens musicaux entre eux en faisant la sélection des chansons qu’on allait apprivoiser pour construire le spectacle. François Guy (de la SACEF) nous guidait à travers du processus de mise-en-scène, et Gaetan Essiambre, directeur musical et multi-instrumentiste, nous appuyait au niveau des arrangements.

On a choisi des chansons de notre propre répertoire, mais le processus était très collaboratif. On a tous fini par prêter nos talents de musiciens ou de chanteur sur les chansons des autres, et on s’est aussi donné le devoir de prendre des risques et de sortir de notre zone de confort. Vu qu’on avait déjà d’excellents pianistes et guitaristes dans le groupe, moi je me suis imposé le défi de jouer de la basse pour presque tout le spectacle… jusque là un instrument que je n’ai pas souvent eu l’occasion de jouer! Donc un gros travail, mais c’est en se poussant à essayer de nouvelles choses qu’on évolue en tant qu’artiste.

La plupart de mes nouveaux amis Français en étaient à leur premier voyage au Canada. Même si moi ça faisait plusieurs fois que je visite Montréal, je redécouvrais la ville à travers de leurs yeux de voyageurs. Les coutumes, les expressions, la bouffe… Je savais aussi que dans moins de deux mois, ce serait à mon tour d’être à la découverte!

Au bout d’une semaine, le spectacle était déjà prêt à présenter au public. C’est un show dynamique, mais qui a aussi ses moments d’émotion et de passion… Et une complicité apparente sur scène.

Premier spectacle à la Maison de la culture de Waterloo en Estrie. Le lendemain, un show au Lion d’Or, une salle des plus magnifiques à Montréal. Deux salles bien remplies, deux publics très chaleureux.

Après une courte nuit on se levait tôt pour prendre la route vers la Gaspésie. Dix heures de voyage, mais la route est belle. Et une fois arrivé à Petite Vallée, l’ambiance était magique. Le lendemain matin on a été servi le déjeuner (petit déjeuner, pour les Français) à l’auberge, sur le bord de la mer, où on a été accueilli par une baleine au loin. Ça partait bien la dernière journée de spectacle au Québec.

Le show au Théâtre de la vielle forge a été très bien reçu par le public. On a fait la fête, mais on avait aussi le coeur un peu lourd de savoir que ce bout de l’aventure était déjà terminé. Cependant, on avait tous hâte au prochain rendez-vous en France!